Investissement locatif : est-ce bien d'avoir un crédit immobilier ?

Investissement locatif : est-ce bien d'avoir un crédit immobilier ?

D'après l'observatoire crédit logement CSA, 2016 représente l'année record de la production de crédit immobilier. En effet, l'Union européenne prise particulièrement ce type d'emprunt. Alors, est-il intéressant de recourir à ce type de prêt pour un investissement locatif ?

Le crédit immobilier pour le financement d'un projet

Afin de financer un placement locatif, l'emprunt s'avère une solution intéressante. En effet, l'investisseur se voit accroître son pouvoir d'achat dans l'immobilier. D'ailleurs, l'immobilier locatif constitue l'un des investissements qu'une banque finance le plus souvent. L'immobilier est connu pour être un secteur porteur, censé ne jamais être en crise et être toujours rentable.

Aussi, le taux d'intérêt du crédit semble inférieur à la rentabilité brute (estimation de la rentabilité de la location) de l'investissement. En intégrant le rendement locatif (mesure du rendement que rapporte le logement par rapport à son prix d'achat) au rendement en capital, la rentabilité globale dépasse le montant du prêt. En d'autres termes, le crédit immobilier procure un avantage aux emprunteurs, dans le cadre d'un investissement locatif.

Le crédit immobilier pour la réduction d'impôt

Dans une location vide, les intérêts d'emprunt restent déductibles des loyers. D'ailleurs, les intérêts d'emprunt limitent les bases imposables (montants sur lesquels s'exercent le taux d'impôts), donc les impôts relatifs aux revenus locatifs. Du reste, si la déduction des intérêts entraîne un déficit foncier (quand les charges déductibles dépassent les revenus bruts fonciers), ce dernier est imputable sur les revenus fonciers des dix années à venir.

Dans une location meublée, l'investisseur déduit les intérêts de ses recettes s'il opte pour un changement du régime d'imposition (mesure qui précise les modalités de calcul du bénéfice). Cette déduction est envisageable si l'investisseur loue un meublé non professionnel. Dans le cas contraire, les intérêts d'emprunt restent déductibles des revenus globaux. Ainsi, la pression fiscale (mécanisme d'orientation des ressources économiques d'un pays par l'incitation fiscale) semble réduite.

Le crédit immobilier pour une bonne couverture

Les prêts bancaires sont généralement accompagnés d'une assurance décès-invalidité. Par conséquent, dans le cas d'un décès, de perte totale d'autonomie ou d'invalidité permanente, le remboursement de l'emprunt relève de l'assurance. Du reste, les membres de la famille de l'investisseur bénéficient des loyers et conservent le bien immobilier en location. Cependant, cette garantie n'est pas obligatoire, bien qu'imposée par les organismes prêteurs. En outre, le taux d'assurance se situe entre 0,10 et 0,40 % du capital emprunté.

Aussi, deux choix s'offrent à l'investisseur : le crédit amortissable et le crédit in fine. Le premier type de crédit parle d'un versement de mensualité pour le remboursement des capitaux et des intérêts. Néanmoins, la mensualité du crédit in fine semble moins élevée. Par ailleurs, afin de sélectionner le crédit le mieux adapté, il convient de recourir aux services d'un expert en finance tel que Frédéric Hottinger. En effet, les experts dans le domaine de l'immobilier comme Frédéric Hottinger accompagnent les investisseurs tout au long du processus de placement.

Autres articles

Quelle rentabilité peut apporter un investissement immobilier ?

Le placement immobilier figure en tête de liste des investissements les plus prisés par les Français. Cette préférence s'explique par l'accroissement des patrimoines afin de profiter d'une meilleure retraite.......